Rechercher
  • Le cercle des Créatures Terriennes

L'alimentation de la boîte à compost


Fabriquer son compost en appartement consiste à suivre une recette. Avec l’expérience, on pourra s’en écarter.

Il faut s’occuper du compost régulièrement (c’est un élevage invisible), varier les apports de déchets et trouver pour la boîte à compost un emplacement abrité du froid et de la pluie.


Quelques principes de « diététique »


Rapport carbone et azote

La boîte à compost peut être comparée à une ferme microscopique, on y élève des micro-organismes. Ce sont eux qui décomposent les déchets et fournissent l’humus, la future nourriture des plantes. Les micro-organismes ont besoin d’azote, qui est une source de protéines et de carbone, qui est une source de nourriture à base de glucides.

· Nos déchets « verts » (épluchures de fruits et légumes) sont des matières riches en azote c’est-à-dire qu’ils ont un rapport carbone / azote très bas.

· Les matières brunes, constituant les parties sèches des végétaux, ont un rapport carbone / azote élevé.

Par exemple : la fibre de coco ou «coco peat », la fibre de maïs, la fibre de chanvre, le bois broyé en mille morceaux, les débris secs végétaux, les feuilles mortes, les boîtes à œufs et le papier non imprimé en morceaux, les confettis de cartons, le bois de taille, la paille, etc.)

Le rapport carbone / azote concerne la teneur en carbone et en azote d’une matière.

Déchets de cuisine : 15/1

Feuilles : 40/1

Paille : 80/1

Papier : 170/1

Sciure fraîche : 500/1


Le rapport idéal pour faire un bon compost est de 25/1 à 30/1. Cela veut dire qu’en poids, le ratio idéal est de 25 à 30 pour le carbone à 1 pour l’azote sachant que les déchets verts, très humides, sont beaucoup plus lourds que la matière brune.


Lorsque l’on démarre la boîte à compost, il y a trop de carbone (déchets bruns, durs) et les micro-organismes manquent d’énergie, ralentissant le compostage.

Mais s’il y a trop d’azote dans le compost (déchets verts) les bactéries n’ont pas assez de carbone pour le digérer, une partie sera alors perdue par volatilisation d’ammoniac (et le compost sentira mauvais !) s’il y a alors encore de la place dans la boîte à compost, il est alors possible de rajouter des déchets bruns.


Conditions d’humidité

Les déchets de cuisine sont trop humides pour être compostés seuls. Leur humidité est en moyenne de 85% alors que dans le compost idéal, l’humidité ne dépasse pas 65%.

Les apports de biodéchets doivent donc être équilibrés avec de la matière sèche, constituée initialement de l’enveloppe fibreuse de la noix de coco. Celle-ci permet le bon déroulement du processus en structurant le compost, en apportant du carbone et en absorbant l’humidité.


Il peut s’agir également de broyat de bois, qui a les mêmes propriétés, bien qu’il soit moins absorbant. On peut également utiliser de la sciure (de bois non traité) mélangée à d’autres matières brunes. Ainsi, les épluchures peuvent également être mélangées à de la paille, des feuilles mortes, du papier, du carton...

Garder un peu cendre ou du charbon de bois à disponibilité près de la boîte à compost, en plus de celui du mélange initial, est utile. En effet, le charbon de bois a d’innombrables pores lui conférant des propriétés absorbantes.


Environnement neutre

Les micro-organismes préfèrent un environnement au ph neutre, à légèrement acide. De ce fait, il convient de modérer l’apport d’aliments acides, notamment au démarrage.


Certains légumes (épinards, tomates, choux fleurs, artichaut, oignon, champignons) et les condiments sont des aliments acides. Nous évitons d’alimenter le compost en épluchures de fruits et légumes qui sont cuisinés avec des condiments. Parmi les fruits acides, on trouve surtout les agrumes, les fruits qui ne sont pas mûrs (moins ils sont mûrs, plus ils sont acides), tous les fruits au goût acide, tels que l’ananas, le kiwi, les fruits de la passion, tous les petits fruits rouges (fraises, framboises, mûres, etc.), certaines variétés de pommes comme les Granny Smith, les cerises, les abricots et les prunes. Les grains céréaliers tels que l’amarante, le blé, l’épeautre, le kamut, le maïs, l’orge, le quinoa, le riz, le sarrasin et le seigle sont acides. Les protéines végétales telles que les arachides, les avelines (noisettes), les fèves, les légumineuses, les lentilles, les noix de cajou, les noix de Grenoble, les noix du Brésil, les pois chiches et les pois verts sont également acides.


On peut alimenter le compost de végétaux cuisinés sans ajout d’aliments acidifiant.


Les aliments acides ne sont pas à proscrire mais à connaitre afin d’être équilibrés avec d’autres aliments moins acides. Par exemple, il est préférable d’éviter une forte proportion d’agrumes et de chou-fleur dans un même apport en raison de leur effet bactéricide qui entrainerait une diminution (temporaire) de la population de bactéries et donc un ralentissement du compostage. Il serait préférable de réserver une partie de ces déchets dans le bio sceau pour la prochaine fois ou bien de les utiliser autrement.


Le niveau du ph acide du marc de café dépend de sa composition mais aussi de la façon dont nous avons fait notre café. Le fait d'utiliser une cafetière avec de l'eau chaude éliminera une bonne partie de l'acidité et le ph est alors proche de la neutralité.


La sciure de bois réduit l’acidité.






exemple d'alimentation d'une boîte à compost pendant 189 jours :

_Journald'uneboiteacompost
.pdf
Download PDF • 169KB

112 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout